MA VISION PROFESSIONELLE

Il y a deux manières de concevoir l’ostéopathie: soit du point de vue de l’urgence, soit du point de vue de l’importance. Confucius, célèbre philosophe chinois, l’avait déjà expliqué dans cette pensée: « quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson ». L’urgence étant la faim et l’importance, le moyen de la supprimer définitivement.

Lors d’une consultation, l’urgence, selon le point de vue de la personne, est sa souffrance et elle ne demande le plus souvent que sa disparition. Mais l’importance, selon mon point de vue, c’est de restaurer son potentiel physique optimum permettant de faire disparaître cette souffrance et de lui donner aussi les moyens d’éviter les eventuelles récidives ultérieures.

Il est bien évident qu’il faut traiter les urgences quand elles sont là mais permettre de retrouver une posture et un équilibre physique maximum, c’est justement agir sur le long terme préventivement et éviter la survenue d’autres urgences.

Lors de mes consultations, je prends en compte les demandes (urgentes) des gens mais j’essaye, autant que faire se peut, de ré-harmoniser les déséquilibres antérieurs et coexistants avec celui qui crée la douleur présente. Car mon objectif est de leur permettre de retrouver un axe vertical donc postural le plus opérationnel possible, c’est à dire avec des contraintes minimales et une souplesse maximale gage d’adaptabilité optimale. En effet, la santé est un équilibre dynamique sous contraintes adaptatives permanentes, donc plus la capacité à gérer les déséquilibres induits est grande, plus longtemps elle durera.

J’ai donc une vision plus centrée sur la santé que sur la suppression de l’expression d’un symptôme: je cherche à comprendre pourquoi l’organisme n’a pas pu s’adapter aux contraintes et à trouver ce qui nuit au rétablissement de la santé. Vous pouvez lire, si vous ne l’avez déjà fait, l’article en page « les soins » qui explique plus en détail ce changement de point de vue.